[Lecture péda] : Le langage oral en maternelle / PARTIE 2

péroz

3. Mise en œuvre du dialogue pédagogique à évaluation différée

* Le système des jetons

« Le système des jetons est un dispositif pédagogique qui permet d’objectiver chaque prise de parole au cours même de la séance en la matérialisant par un jeton donné à l’élève par l’enseignant. »

Le principe : chaque fois qu’un E prend la parole, il reçoit un jeton. Les E sont idéalement placés en U pour que le M les voit tous. Idéalement (encore), les E sont au max 14.

Présenter le système aux E comme une activité ordinaire avec une règle du jeu en plus.

> 2 règles fondamentales, à rappeler clairement aux E en début de séance

  • chaque fois qu’on parle, on gagne un jeton
  • pour avoir la parole, il faut lever le doigt

> 2 règles supplémentaires pour éviter les dérapages:

  • quand on a fini de parler, le M donne un jeton qui reste au sol devant l’E, il ne faut pas jouer avec
  • le M peut reprendre un jeton à celui qui coupe la parole ou joue avec son/ses jetons(s)

> 1è séance

  • donner la règle des jetons aux E
  • énoncer l’objectif aux E: « il faut obtenir 3 à 5 jetons pour gagner; c’est pour être sûr qu’à la fin de la séance, tout le monde aura parlé »
  • faire répéter les règles aux E

+ en fin de séance: chacun ramasse ses jetons, les compte et annonce le résultat. Il n’y a pas de remarque, d’affichage collectif du nombre obtenu par chacun. S’en tenir aux remarques suivantes:

  • s’il y a eu beaucoup de jetons gagnés, dire « on avait beaucoup de choses à dire« 
  • si les jetons gagnés ont été rares, dire « la prochaine fois sera différente« 

> Clarté cognitive

Certains E sont démunis dans les situations de langage mises en place à l’école (pourquoi participer ? à quoi cela sert-il de parler ? quel est le travail accompli au bout de 20 min de discussion ?) Pour aider les E à y répondre, il faut donner un statut compréhensible aux productions langagières. (B.M Barth : l’E doit prendre part à son propre apprentissage et comprendre ce qu’il fait). Avec les jetons, les enjeux sont clairs pour les E puisque chaque prise de parole est matérialisée. Cela amène alors les enfants des milieux défavorisés à modifier leur rapport au langage. Prendre part à une conversation devient un » travail » pour lequel il existe une unité, le jeton.

> Attention aux dérives !

Les jetons ne sont (et ne doivent être considérés) ni des bons points, ni des récompenses. Il n’y a pas de capitalisation ni rappel des résultats de la séance précédente.

La seule présence des jetons est là pour symboliser les prises de parole.

Il faut éviter tout jugement de valeur sur la réponse de l’E (qualité, syntaxe, bonne réponse) lors de l’attribution d’un jeton. La règle qui est alors très claire et considérée comme juste aux yeux des E serait ébranlée; le système serait inefficace.

mindmap2 jetons

* Etayage entre élèves

Rappel : en DPO, l’étayage est relativement faible.

Dans le DPED, la suite des échanges est une spirale où les réponses se font écho les unes aux autres. Après la question, chaque E s’appuie sur les réponses précédentes pour y répondre.

C’est au M de mesurer son rythme d’intervention pour favoriser l’étayage entre E.

La formulation d’hypothèses de la part des E devient possible puisque le M montre qu’il n’a pas d’attente particulière. Par ailleurs, ses interventions sont neutres (« mh mh ») ou aidantes (« au…., qui peut l’aider ? ») Il n’y a pas de conversation privée avec un seul E.

Pour que l’étayage soit possible, il faut travailler en groupes hétérogènes. Cela permet de réintégrer les PP dans le circuit de la parole (avec les reprises autorisées de ce qui a déjà été dit).

L’étayage entre E se fait par proximité de compétences.

> Développement des compétences discursives

Les répétitions autorisées profitent à tous :

  • PP : cela permet leur prise de parole
  • GP : le fait de reformuler épuise le sujet et leur permet de dépasser ce niveau; ils formulent de véritables hypothèses dans des interventions plus longues. Les GP vont mobiliser les outils linguistiques essentiels à l’argumentation et au raisonnement.

Laisser répéter, reformuler, ce n’est pas être laxiste sur la qualité des propos, c’est au contraire être exigeant : les E essaient alors de nouvelles formulations, ils essaient de développer leurs propos. Ceci contribue à la construction du discours monogéré.

> Développement des compétences sémiotiques

L’attitude neutre du M incite les élèves à explorer différentes réponses, manières de répondre et donc à avoir une recherche linguistique.

Le M répète à plusieurs reprises son questionnement pour construire la réponse. Cela permet de construire la réponse de manière exhaustive et aussi de toucher à l’essence même de ce qui a été lu.

Les E font des reprises lexicales et syntaxiques pour essayer de répondre de manière personnelle en s’appuyant sur ce qui a été dit.

> Développement des compétences linguistiques

  • Syntaxe

Il y a étayage dans les 2 sens : (-> indique « s’appuient sur »)

PP ->MP -> GP

GP -> MP -> PP            Les GP affinent leurs propos et allongent leurs énoncés.

  • Vocabulaire

Pour enseigner le vocabulaire à l’école maternelle, il faut partir des besoins qui se font jour au cours de l’énonciation.

* Niveau de langue

La crainte des enseignants avec le DPED et le droit donné aux E de répéter, c’est d’engendrer une baisse du niveau en langage. Cette crainte repose sur le postulat que le M aurait une manière irréprochable de parler (il parlerait comme la langue écrite) et que les E apprendraient en répétant ce que dit le M. Donc, pour que les E apprennent correctement, le M devrait reformuler systématiquement les constructions fautives de ses E.

> La langue de l’enseignant

Le M en situation dialogale s’exprime avec les normes de l’oral et non de l’écrit. L’écrit et ses normes* ne peuvent pas être le modèle de production orale des E (*faire des phrases, employer systématiquement la négation…), d’autant plus que ces E de maternelle ne savent ni lire ni écrire (c’est donc incroyable de penser qu’ils devraient employer les normes de l’écrit).

S’échiner à faire employer les normes de l’écrit à l’oral est un fantasme culpabilisant générateur d’échecs.

Dans les situations dialogales normales dans la classe, le modèle de langue doit être un français oral standard.

> La correction des constructions fautives

La reformulation systématique

Elle ne sert à rien si l’E n’entend pas la différence entre ce qu’il a dit et la reformulation corrective du M. L’E ne comprenant pas le sens de cette correction, celle-ci est dévalorisante. Au lieu d’aider l’E, cela fragilise. Il y a alors un double échec : psychologiquement (dégradation de son image) et au niveau du langage (fragilisation de l’intuition linguistique).

La reformulation en écho (L. Lentin)

Il s’agit de reformuler correctement l’énoncé dans une réponse acceptable sur le plan conversationnel.

C’est impossible, inaudible pour l’E si son intervention est relativement longue.

Comme précédemment, ne pas relever l’erreur si l’on estime que l’E n’entendrait pas la reformulation.

Les procédures mesurées

Le 1er critère à prendre en compte n’est pas l’erreur en elle-même, mais l’estimation de la capacité de l’E à entendre la différence, à comprendre la pertinence de la reformulation.

Chaque intervention pour reformuler est pesée : c’est un acte d’enseignement qui dépend de chaque E. Il faut savoir mesurer si l’E est capable de l’entendre.

>>> Quand l’E est-il capable de percevoir la différence ? Comment le voir ?

Il suffit de faire un « test » : proposer 2 formulations (celle de l’E qui est erronée et la bonne forme) et demander à l’E de choisir celle qui parait la meilleure.

Remarques

On corrigera quand même les formulations grossières !

Si des erreurs sont commises par plusieurs E, on mettra en place une séquence d’apprentissage avec où il s’agira d’apprendre aux E à distinguer la bonne forme et de faire des essais de productions.

mindmap3

>> Retour à l’article SOMMAIRE de l’ouvrage de Pierre Péroz:

bouton clique ici

15 réflexions sur “[Lecture péda] : Le langage oral en maternelle / PARTIE 2

  1. val49 dit :

    merci , merci; j’ai lu tes deux articles sur le langage et j’ai regardé une grande partie de la conférence! je me suis acheté le livre car j’ai trouvé tout cela extrêmement intéressant! je savais que les séances de langage n’étaient pas mon fort mais je me trompais alors je vais essayer au mieux de suivre ce qu’il préconise. Grâce à toi, je vais devenir une pro du langage!!!!!!! Merci encore

  2. classeurdecole dit :

    @Helene : j’ai fait ces cartes mentales sur powerpoint. J’avais téléchargé iMindmap qui est très bien, mais en version gratuite, je n’ai accès qu’à une petite partie…je préfère donc faire sur pwpt. C’est qd même plus rapide avec un logiciel :Worry:

  3. Toujours très intéressant, on entre dans le vif du sujet!
    Y aura-t-il des « exemple » de séances, de départ? J’ai du mal à écouter les conférences longtemps, c’est plus facile de lire pour moi…

  4. Elodie dit :

    Ton blog est une vraie mine d’or!!! merci pour tout ce partage!!
    Ce livre a l’air super intéressant! en effet, ça parait évident mais … on n’y avait pas pensé! merci à toi de nous faire partager tes lectures de façons claires et synthétiques!
    Je garde les cartes mentales dans un coin de mon ordi pour les imprimer et m’en imprégner d’ici la rentrer!! merci encore!
    ça va changer notre façon d’enseigner! le plus difficile pour moi sera de ne pas reprendre les élèves à chaque mauvaise formulation … et … de moins parler! y a du boulot!

    • classeurdecole dit :

      Merci Elodie pour ton message ! ça change un peu au début, mais dès lors que l’on garde ça en tête, ça va tout seul… et du coup on est plus à même de percevoir, comprendre les élèves et ce qui se passe. C’est beaucoup plus agréable :Approve: (et encore, je n’ai pas encore été au bout de la démarche…)

    • classeurdecole dit :

      Merci ma copine !
      Rien à voir, mais jte ldis qd même : jsuis en pleine « fabrication » de ton ptit cadeau pour le jeu de rentrée😀

      • classeurdecole dit :

        Ah ben non pas obligé, mais j’avais envie d’essayer😉 faudra être indulgente hihihi
        En tous cas, on a eu la même idée : tu as commandé un « truc » et moi je fais aussi un « truc » !! Quelle coïncidence !

  5. Helene dit :

    Un peu hors sujet, mais je n’ai pas trouvé dans ton blog, qu’utilises-tu comme logiciel pour faire tes cartes mentales ?

    Merci pour ton partage🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s