[Lecture péda] L’attitude des enseignants / Brigaudiot

//ws-eu.amazon-adsystem.com/widgets/q?ServiceVersion=20070822&OneJS=1&Operation=GetAdHtml&MarketPlace=FR&source=ac&ref=qf_sp_asin_til&ad_type=product_link&tracking_id=classeurdec02-21&marketplace=amazon&region=FR&placement=2011404231&asins=2011404231&linkId=&show_border=true&link_opens_in_new_window=true

J‘ai déjà évoqué plusieurs fois ce livre qui fait partie des incontournables !

Je fais ici juste un petit résumé de la première partie que je trouve très intéressante (bon, comme tout le reste en fait !)

Une attitude des maitres

1/ Faire confiance aux enfants

* Etre persuadé que tous les E peuvent apprendre

> TOUS

Il faut en être convaincu : tous peuvent y arriver. C’est la condition pour que les E soient portés par une vraie dynamique d’apprentissage.

Pour leur montrer que TOUS peuvent y arriver, les marques linguistiques employées à leur égard sont très importantes :

  • les E qui « savent déjà« 
  • les E qui « savent déjà un peu« 
  • les E qui « sont en train d’apprendre »
  •  les E qui ne « savent pas encore« 

3 groupes d’E:

  1. les E les plus « performants », qui savent déjà lire
  2. les E qui progressent lentement mais sûrement
  3. les E prioritaires qui semblent loin de l’entrée dans l’écrit ou qui présentent des troubles importants de l’attention et du comportement

Principe inébranlable : tout faire pour les E prioritaires.

Avoir toujours en tête que l’attitude et le langage de maitre sont décisifs parce que les E s’y voient en miroir. Les E oseront essayer, prendre des risques cognitifs, prendront confiance en eux SI le maitre leur montre que c’est ce qu’il attend d’eux.

> A LEUR MANIERE

Rechercher toutes les manières possibles pour que tous les E puissent « démarrer ». En effet, à partir du moment où les E ont compris le principe des relations lettres-sons, ils rendent très vite ce principe opératoire.

Le maitre doit se caler sur des savoir-faire individuels : ce que fait trop, ou pas assez, ou pas encore tel E dans telle situation.

> DANS LA DUREE

Le maitre doit s’appuyer sur le « déjà là » (ce que savent déjà les E, leurs représentations).    

* Réussir vs essayer

> LE DROIT A L’ESSAI

Parler du « droit à l’essai » plutôt que du « droit à l’erreur ». On considère en effet qu’il n’y a pas d’erreur quand on est en cours d’apprentissage nouveau.

Il faut même considérer l’essai comme un devoir plutôt qu’un droit puisque les E qui craignent l’échec ne vont pas oser.

Une réussite est signe d’un acquis alors qu’un essai est signe d’apprentissage. Il faut donc rechercher les essais des E et prendre l’habitude de suivre les E dans leurs essais.

Ainsi, chaque fois qu’on le peut on essayera de comprendre la logique des remarques ou réponses des E. Souvent il arrive que les E nous donnent des réponses que nous n’attendons pas. Plutôt que refuser ces réponses, on peut trouver une vraie logique aux propos des E. (voir attitude VIP)

* L’attitude V.I.P

Caractérise l’attitude du maitre face à une réponse ou comportement d’E qui n’est pas celui qu’il attendait ou qui est hors propos.

La réaction à chaud dans cette situation est la suivante:

Valoriser : donner de la valeur à la réponse, montrer que c’est positif d’avoir essayé

Interpréter : montrer qu’il comprend la logique de l’E, il explicite ses propres procédés cognitifs

Poser un écart : mettre sa réponse face à celle de l’E. C’est permettre à l’E de se repositionner comme chercheur.

2/ Créer une dynamique de classe

Chaque personne-élève doit se reconnaitre en train d’apprendre à sa manière à lui dans le projet de classe.

Proscrire la concurrence entre E et rechercher la coopération et l’autonomie.

* S’intéresser à ce qui intéresse les E

* Les rendre coopérants

Apprendre aux E le respect et la solidarité ; ne laisser passer aucune remarque blessante, aucun jugement de valeur.

Rendre les E coopérants : capables de s’aider intellectuellement pour résoudre des problèmes qui portent sur les apprentissages. Il est important d’apprendre les E à « aider »: donner des appuis, étayer, sans donner la réponse.

* Les rendre vraiment autonomes

Le maitre enseigne au sens de « donne des outils pour » et les E apprennent. Renvoyer les E aux outils dont ils disposent :

  • leur équipement mental pour réfléchir et raisonner (tête, oreilles…)
  • les activités cognitives dont ils sont capables (comparer, associer, déduire..)
  • leurs outils matériels

 

3/ Tout expliquer …

* aux enfants

Les E doivent être au clair avec ce qu’ils font là, où ils en sont et comment ils progressent.

Différents niveaux métacognitifs dans les propos du maitre:

  • il dit ce qu’il sait, lui, de là où les E en sont et de comment ils s’y prennent
  • il dit ce qu’il sait de ce que les E savent eux, de ces domaines
  • il dit ce qu’il fait, lui, pour essayer de les faire progresser

* aux parents

Une très grande part de la réussite des E se joue dans la confiance qu’ont les parents en:

  1. la capacité de leur E à apprendre à lire et à écrire
  2. la capacité de l’école à les y aider au maximum

Pour construire cette confiance, il faut TOUT leur dire, même leur montrer. Importance de bien préparer la réunion de rentrée (et rencontrer les parents en milieu et fin d’année). L’enseignant fait le point sur ces questions :

  • méthode (ne pas avoir de méthode n’est pas un handicap)
  • travail à la maison
  • évaluation (visibilité par le cahier du jour rapporté fréquemment + livrets trimestriels)
  • inquiétude (importance du cahier de liaison)
  • aide par les familles (regarder un livre le soir, inciter à un prêt de bibliothèque)
  • programmes (OUI, ils sont respectés même si on n’a pas de méthode de lecture)

* aux collègues

 

Résumé sous forme de mindmap :

 

1 brigaudiot

13 réflexions sur “[Lecture péda] L’attitude des enseignants / Brigaudiot

  1. Je viens de trouver ta page, et je te remercie pour ce résumé et pour cette superbe carte mentale. J’avais lu ce livre il y a longtemps, et moi aussi j’aime les cartes mentales. Je trouve ton travail vraiment éclairant, et beau en même temps.

  2. egedan dit :

    Génial!! Bien la carte mentale et moi je dirais que pour réussir à faire tout ça, en tant qu’instit, il faut aussi des gens autour (instits, maitre E, virtuels ou réels…) pour partager les doutes, les petits progrès et les grands pas.

  3. Emma dit :

    Bonjour,
    Merci pour cette piqûre de rappel et cette très jolie carte mental! A afficher à la maison, au-dessus du bureau (ou à l’école), la lire et la relire, afin de l’avoir bien dans la tête et acquérir les meilleures attitudes possibles face à nos élèves!
    Bonne pré-rentrée si comme moi tu commences aujourd’hui…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s